01 décembre 2014 : Discours pour l’inauguration du « Circuit des imprimeurs »
Article mis en ligne le 1er décembre 2014 par Jean-Dominique DURAND
Imprimer cet article logo imprimer {id_article}

Monsieur Alan Marshall, Directeur du Musée de l’Imprimerie et de la Communication Graphique, Monsieur Alain Echenay, Président de l’Association des Amis du Musée de l’Imprimerie, Monsieur Roger Gorrindo, graveur et sculpteur de pierre, Cher Régis Neyret, Mesdames et Messieurs,

Vous dire que je suis très heureux d’inaugurer le circuit des imprimeurs que vous avez créé, est profondément sincère. L’adjoint délégué au Patrimoine et à la Mémoire est comblé. Ce parcours souligne en effet toute la diversité du patrimoine et de l’histoire de notre cité. Je m’occupe beaucoup de commémorer des guerres. Il me plaît de montrer à nos concitoyens, grâce à vous, que la mémoire lyonnaise n’est pas que celle des malheurs. Elle est aussi celle de l’inventivité, de la culture, de la création. La mémoire lyonnaise est extraordinairement riche : c’est une mémoire industrielle, celle des grands établissements industriels et celle des petits ateliers, celle de grand capitaines d’industrie, et celle du monde ouvrier comme nous le rappelle le Novembre des canuts, terminé hier. La mémoire lyonnaise, c’est aussi la riche et longue mémoire bancaire, c’est la mémoire religieuse, la mémoire médicale. C’est la mémoire de l’imprimerie qui nous réunit aujourd’hui. Celle-ci est servie par un magnifique musée très récemment restauré et réaménagé. Ce musée rend hommage à l’imprimerie et d’une manière plus ample, à la communication écrite et au rôle de la ville de Lyon dans sa promotion, depuis la Renaissance jusqu’à aujourd’hui, depuis les premiers ateliers d’imprimerie de la rue Mercière fonctionnant sur la base de l’invention de Gutenberg, jusqu’à la photocomposition avec la machine Lumitype-photon, inventée à Lyon en 1944. Pour retracer cette riche histoire, je vous conseille l’ouvrage d’Alan Marshall, Du plomb à la lumière publié en 2003. Rendre hommage à des imprimeurs, c’est pour la Ville de Lyon, rendre hommage à l’humanisme, non pas seulement à l’humanisme comme le fait intellectuel et artistique qui a façonné l’Europe au temps de la Renaissance, mais à tous ceux qui, tout au long de notre histoire ont voulu placer l’homme, la personne humaine, au cœur de la construction de notre cité. En effet, le métier d’imprimeur place en son cœur la liberté, liberté de penser et de croire. Il place en son cœur la diffusion de la connaissance, la mise à la disposition du plus grand nombre, la connaissance, qu’elle fût religieuse, scientifique ou technique. C’est pourquoi il est un métier à risque, car il affronte les pouvoirs comme les individus, qui ne supportent la liberté de l’intelligence et de l’esprit. Parmi ceux à qui nous rendons hommage aujourd’hui, plusieurs ont connu les affres de la censure, parfois la prison, ou l’exil. Étienne Dolet l’a payé de sa vie dans des conditions atroces. Les imprimeurs ont porté haut les idéaux des Lumières au XVIII° siècle. La lutte pour la liberté de l’imprimerie et de la presse ne cesse jamais, de la Révolution à la III° République, de la Déclaration des Droits de l’Homme et de des Citoyens du 26 août 1789, à la loi du 29 juillet 1881 qui pose les fondements de la liberté. L’article 11 de la Déclaration de 1789 affirmait : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement ». Comment ne pas évoquer les descendants des imprimeurs que nous honorons, les nombreux imprimeurs lyonnais qui ont défendu l’honneur de la France sous l’Occupation. ils ont apporté une pierre fondamentale à la Résistance, et ont permis à Lyon de recevoir du général de Gaulle, le tire de « Capitale de la Résistance ». Ils ont pris les risques les plus grands pour imprimer coûte que coûte les documents, journaux et tracts, permettant de contrer la propagande officielle. André Bollier, qui dirigeait l’imprimerie clandestine de la rue Viala, inventa un procédé de photogravures, qui permettait de composer le journal combat, et de l’imprimer dans plusieurs endroits. Il avait mis en place un réseau de 14 imprimeries, et au début de 1944, il parvena it à sortir un million d’exemplaires de journal et de tracts. Tous ces imprimeurs payèrent un lourd tribut à la cause de la liberté, tout comme ceux et celles qui distribuaient journaux et tracts. Bien entendu l’imprimerie sait se mettre au service des dictatures, répandre des mensonges, contribuer à l’oppression. Mais à Lyon, l’histoire de ’imprimerie est indissociable de l’histoire de sa liberté. C’est pourquoi je remercie tous ceux qui sont à l’origine de cette belle initiative et ceux qui ont su la mettre en œuvre, notamment à l’équipe des Amis du Musée, au graveur, Monsieur Gorrindo, à Régis Neyret qui a donné l’impulsion, sans oublier les auteurs du manuel de poche, Sur les pas des imprimeurs lyonnais, édité par EMCE.

Dans la même rubrique :

16 juillet 2017 : Discours à l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France
le 16 juillet 2017
par Jean-Dominique DURAND
29 janvier 2017 : Discours à l’occasion du 72° anniversaire de la Libération des camps nazis Veilleur de Pierre
le 29 janvier 2017
par Jean-Dominique DURAND
06 octobre 2016 : Discours à l’occasion du Congrès national de l’Association des membres de la Légion d’Honneur décorés au péril de leur vie - Hôtel de Ville de Lyon
le 6 octobre 2016
par Jean-Dominique DURAND
13 septembre 2016 : Discours à l’occasion du dévoilement d’une nouvelle plaque mémorielle Prison Saint-Paul / Université Catholique de Lyon
le 13 septembre 2016
par Jean-Dominique DURAND
13 septembre 2016 : Discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition Regards sur la Grande Guerre 1914-1919 - Salle Edmond Locard
le 13 septembre 2016
par Jean-Dominique DURAND
27 juillet 2016 : Discours en hommage au Fusillés de la place Bellecour - Lyon
le 27 juillet 2016
par Jean-Dominique DURAND
17 juillet 2016 : Discours à l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France
le 17 juillet 2016
par Jean-Dominique DURAND
03 février 2016 - CHRD Lyon - Discours pour l’inauguration de l’exposition "Rêver d’un autre monde"
le 4 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
02 février 2016 - collège Vendôme (Lyon) - Discours pour l’inauguration d’une exposition sur la Bande dessinée et la Grande Guerre
le 2 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
31 janvier 2016 - Veilleur de pierre (Lyon) - Commémoration de la Libération des camps nazis
le 31 janvier 2016
par Jean-Dominique DURAND
puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce RSS puce Valid XHTML 1.0 Strict
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V2
Version :