8 juin 2015 : Discours en l’honneur des Combattants d’Indochine Jardin du Combattant d’Indochine Lyon, 8° arrondissement
Article mis en ligne le 8 juin 2015 par Jean-Dominique DURAND
Imprimer cet article logo imprimer {id_article}

Monsieur le Représentant de Monsieur le Préfet de Région, Préfet du Rhône, Madame et Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Directeur Départemental de l’ONAC, Monsieur le Maire du 8° arrondissement, Mesdames et Messieurs les élus, Messieurs les représentants des Autorités militaires, Mesdames et Messieurs les représentants de l’Éducation Nationale, Mesdames et Messieurs les Présidents des Associations d’Anciens combattants, Monsieur le Président du Comité de Liaison, Mesdames et Messieurs les Porte-drapeaux, avec une pensée particulière pour Monsieur Richard Jacquet qui vient de nous quitter, Et surtout chers Anciens combattants en Indochine, cher Général Brun, cher Monsieur Dague, Et chers élèves,

Je tiens à vous dire combien je suis heureux de me trouver parmi vous en ce 8 juin, en ce Jardin du Combattant d’Indochine que la Ville de Lyon, et plus particulièrement la Mairie du 8° arrondissement, a voulu dénommer en l’honneur des combattants en Indochine. Je n’avais pas pu être présent l’an passé à cause de l’avancement de la date de la commémoration et je m’en étais trouvé profondément désolé.

C’est un honneur pour moi de vous apporter le salut respectueux et ému de la Ville de Lyon au nom de Monsieur Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, Président de la Métropole.

Vous incarnez en effet, une période particulièrement difficile, cruelle et douloureuse de notre histoire. Une période commencée en décembre 1946, achevée en juillet 1954, mais qui pour certains, avait commencé dès la Deuxième Guerre mondiale avec l’invasion japonaise, et qui devait se poursuivre longtemps avec les séquelles des camps de prisonniers du Viet Minh qui étaient absolument atroces. Beaucoup de soldats engagés en Indochine, avaient connu également les combats de la Guerre mondiale et de la Résistance en Métropole, et pour certains, les camps de concentration nazis. Les camps Viet Minh les valaient bien, et même souvent les dépassèrent en horreur, avec près de 75% de mortalité. Tous les témoignages des survivants en témoignent tout comme les rapports du Comité International de la Croix Rouge conservés dans ses archives à Genève, qui donnent des descriptions hallucinantes. Inimaginables furent les souffrances infligées à nos soldats au mépris des règles établies par la Convention de Genève. Inimaginables furent aussi les conditions des combats face à une guérilla le plus souvent insaisissable, dans la jungle comme dans les rizières ou dans les marais, dans une atmosphère lourde de chaleur et d’humidité. Certains noms restent pour toujours dans notre mémoire : Cao Bang, Dong Khe, Na San, Dong Trieu, Hoa Binh, et bien sûr Dien Bien Phu. Cette terrible bataille de 57 jours reste le symbole à la fois de l’acharnement, du courage, de l’abnégation. Plus de 3.400 hommes furent tués. L’Indochine fut perdue, dans un contexte de lutte internationale pour le contrôle du monde par les puissances communistes, Union Soviétique et Chine, comme en témoigne aussi le déclenchement de la Guerre de Corée en 1950.

Il faut se souvenir aussi des souffrances morales, qui marquèrent à jamais de nombreux combattants, qu’il s’agisse de l’abandon à un sort tragique des soldats indochinois et de villages fidèles à la France, annonciateur de l’abandon des harkis à la fin de la Guerre d’Algérie, ou du retour difficile en Métropole de soldats qui avaient tout donné à la Patrie et qui furent accueillis d’une manière cruelle par certaines parties de la population française.

Telle est l’histoire, dont la Commémoration d’aujourd’hui entend se faire l’écho. Il ne s’agit pas de vivre tournés vers le passé, dans le souvenir des douleurs et dans la rancune. Mais de comprendre ce qui s’est passé, sur le double plan de la décision politique et de la stratégie militaire afin d’en tirer toutes les leçons pour notre temps. Il s’agit de saluer les valeurs du courage, de la solidarité, de la fidélité. Ces valeurs sont toujours portées en avant par plusieurs associations qui font de la promotion des liens entre la France, le Viet Nam, le Cambodge et le Laos, une priorité. Je veux rendre hommage notamment à Claude-Pierre François, longtemps président de l’Association Nationale des Anciens et Amis de l’Indochine (ANAI), décédé il y a moins de deux mois. Je l’ai malheureusement peu connu personnellement. Mais mes brèves rencontres avec lui m’ont bouleversé, parce qu’il incarnait une belle volonté de réconciliation afin de construire une paix durable. A travers notamment le soutien à des écoles et à la diffusion de la langue française, mais aussi l’aide apportée aux étudiants vietnamiens de Lyon, Claude-Pierre François vivait intensément le rapprochement de ces deux termes « Anciens » et « Amis ». Oui, Ami de l’Indochine-Vietnam-Cambodge-Laos, parce qu’ Ancien combattant, doté d’une courageuse volonté de surmonter le passé pour préparer l’avenir. Il faut du courage pour se battre, pour supporter les épreuves de la guerre ; il en faut aussi beaucoup pour construire la Paix. Tel est le sens profond de notre rencontre : reconstruire, développer, réconcilier, bâtir la paix.

Dans la même rubrique :

15 septembre 2016 : « La Ville et ses couleurs » - Le Patrimoine et le Temple du Change
le 15 septembre 2016
par Jean-Dominique DURAND
14 juillet 2016 - Discours à l’occasion de la clôture du Congrès mondial Terra 2016 - Palais des Congrès de Lyon
le 14 juillet 2016
par Jean-Dominique DURAND
28 juin 2016 - Discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition Architecture en terre : les pionniers de la Modernité - Archives Municipales de Lyon
le 28 juin 2016
par Jean-Dominique DURAND
28 juin 2016 - Discours à l’occasion de l’inauguration du nouvel Archevêché
le 28 juin 2016
par Jean-Dominique DURAND
23 juin 2016 - Discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition Le sport européen à l’épreuve du nazisme Des J.O. de Berlin aux J.O. de Londres (1936-1948) - C.H.R.D. 23 juin 2016
le 23 juin 2016
par Jean-Dominique DURAND
22 février 2016 - Musée des Confluences - Discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition "Ma terre première, pour construire demain" et du lancement du grand événement "Lyon 2016, Capitale de la terre"
le 22 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
10 février 2016 - musées Gadagne - Allocution à l’occasion du Lancement du premier site Internet en chinois dédié au secteur UNESCO
le 10 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
10 février 2016 - Bibliothèque Municipale de Lyon - Discours à l’occasion du vernissage de l’exposition Peintres et Vilains. Imprimer l’art
le 10 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
18 juin 2015 : Message à la Royal British Legion à l’occasion de la plantation de rosiers Remembrance Grande Roseraie du Parc de la Tête d’Or
le 1er octobre 2015
par Jean-Dominique DURAND
27 septembre 2015 : Discours en l’honneur de Monsieur Louis Robilliard organiste titulaire de l’église Saint-François de Sales
le 27 septembre 2015
par Jean-Dominique DURAND
puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce RSS puce Valid XHTML 1.0 Strict
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V2
Version :