14 juillet 2016 - Discours à l’occasion de la clôture du Congrès mondial Terra 2016 - Palais des Congrès de Lyon
Article mis en ligne le 14 juillet 2016 par Jean-Dominique DURAND
Imprimer cet article logo imprimer {id_article}

Monsieur le Président du jury de Terra Award, M. Wang Shu, Monsieur le Président d’ICOMOS-ISCEAH, M. Julio Vargas Neuman, M. Christophe Lalande, Chef de l’Unité Habitation d’ONU-Habitat, Monsieur le représentant de l’Organisation Internationale du Travail, M. Edmundo Werna, Monsieur le Président de CRAterre, laboratoire de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, cher Thierry Joffroy, cheville ouvrière de ce magnifique Congrès et de tous les événements qui ont été organisés à cette occasion, Chers collègues universitaires, Chers lauréats, Mesdames et Messieurs,

C’est avec un très grand plaisir que je viens vous apporter le salut de la Ville de Lyon, au nom de Monsieur Gérard Collomb, Sénateur-Maire de notre Ville et Président de notre Métropole lyonnaise. Je sais que ces quatre jours de Congrès mondial ont été aussi riches qu’intenses, occasion de rencontres et d’échanges, je pense que vous êtes un peu fatigués, aussi je vous épargnerai un très long discours. Je voudrais dans un premier temps dire à M. Wang Shu que sa présence à Lyon est un immense honneur pour notre Ville. Wang Shu, très attaché à faire vivre les techniques traditionnelles, a une démarche éthique et humaniste qui trouve dans la tradition humaniste de Lyon sa pleine résonnance. Sa présence vient aussi nous rappeler la belle relation que Lyon entretient avec la Chine, avec des liens qui se sont tissés au fil des siècles, depuis la Renaissance jusqu’à aujourd’hui, à travers la Route de la Soie bien sûr, mais aussi des liens universitaires et intellectuels notamment, avec chaque année 5000 étudiants accueillis à Lyon, et la présence d’un Institut franco-chinois depuis 1921, unique en Europe, qui accueillit pendant un quart de siècle près de cinq cents étudiants chinois de grand talent, venus se former dans toutes les disciplines. Parmi eux, Binglie Yu, né en 1895, premier architecte chinois à être diplômé DPLG en France. Il fut le brillant élève de Tony Garnier le grand architecte lyonnais. Son projet La maison chinoise de la cité universitaire de Paris a reçu un prix. Il a également réalisé de nombreuses constructions en Chine, dont un musée à Nankin. Nous venons d’inaugurer, en avril 2016, une liaison ferroviaire pour le transport des marchandises, longue de 11.300 kilomètres reliant la ville de Wuhan en Chine et Lyon. Nous n’oublions pas à Lyon, que c’est une entreprise lyonnaise, Berliet, qui, au lendemain de la reconnaissance de la République Populaire de Chine par le général de Gaulle en 1964, a construit pour la Chine et en Chine, des camions adaptés aux exigences géographiques et climatiques du pays. Cette initiative s’inscrivait dans une longue tradition d’échanges économiques et culturels entre Lyon et la Chine. M. Gérard Collomb s’est rendu à Pékin à la fin du mois de mai pour participer avec nos grandes institutions culturelles à une grande rencontre franco-chinoise et à des débats de haut niveau sur le thème « la Route de la soie, chemin de dialogue des civilisations ». Cher Wang Shu, notre Ville est très honorée de vous accueillir et les Lyonnais seront nombreux à venir vous écouter tout à l’heure au Musée des Confluences.

C’est un moment important qui vient de se dérouler à Lyon avec ce Congrès, qui a fait de Lyon, la « capitale de la Terre ». Pendant plusieurs jours, vous avez pu aborder tout à la fois les questions de patrimoine et de sa conservation et celle du développement durable. Notre ville est fière d’avoir vu converger autant de chercheurs et de professionnels venus du monde entier partager leur connaissance et leur savoir sur une technique de construction à la fois ancestrale et pleine de promesses pour l’avenir. Au-delà de la communauté scientifique, les expositions, conférences ateliers, visites organisées dans de nombreux lieux culturels de la Ville ont permis de donner une résonnance toute particulière à ce Congrès avec une bonne couverture médiatique et la sensibilisation du grand public, contribuant ainsi à mieux faire connaître ce matériau utilisé dans le monde entier depuis plusieurs millénaires. J’en profite pour saluer et remercier ici les responsables des institutions partenaires qui ont rejoint et rendu possible ce grand évènement « Lyon 2016 capitale de la terre ». Je sais que vous êtres nombreux ici à avoir pu profiter de ces expositions lors de votre séjour, que cela soit à Archipel, place des Terreaux, au Musée des Confluences (tout en verre) ou au musée gallo-romain (tout en béton), qui certes ne sont pas en terre crue, mais qui ont su mettre leur belle architecture au service des architectures de terre à l’occasion de votre Congrès.

En tant qu’Adjoint au Maire de Lyon, délégué à la Mémoire et au Patrimoine, je me réjouis que l’accueil de ce 12ème Congrès ait permis à notre Ville de redécouvrir cette mémoire enfouie, ou du moins très méconnue, celle de la terre, celle du pisé, avec ses techniques et ses savoir-faire, alors que nous avons près de 20.000 bâtiments construits en terre répartis dans différents quartiers. Nous avons redécouvert aussi l’œuvre du grand architecte lyonnais, François Cointeraux, l’un des principaux théoriciens de la construction en pisé, qui vécut de part et d’autre la Révolution française. Ses écrits, nombreux, des livres et surtout des brochures, eurent une grande influence. Ils furent diffusés dans toute l’Europe et aux États-Unis et grâce à des traductions en sept langues. Votre venue à Lyon, a aussi été l’occasion de redécouvrir la modernité de ce matériau, et toutes les promesses de l’architecture contemporaine en terre crue, à un moment où la crise écologique que connaît notre planète, mais aussi la crise financière et économique, invitent à réfléchir à la mise en œuvre de nouveaux modèles de développement et d’habitat. Force est de constater que la terre crue est un matériau noble, immuable, utilisé par les humains depuis la nuit des temps, et aujourd’hui encore plein d’avenir.

La remise des prix Terra Award à laquelle nous venons d’assister illustre combien il faudra compter demain avec le renouveau de cette technique de construction à la fois simple et modeste mais très esthétique, qui repose sur un matériau abondant, bon marché et peu gourmand en énergie pour sa transformation. A Lyon, ville de bâtisseurs, la construction, ces dernières semaines, au cœur de la ville, de TERRA NOVA, un prototype d’habitat collectif en terre, par les élèves des écoles d’architecture et d’ingénieurs de toute notre région, a attiré un vaste public. Et j’ose espérer que cette réponse pertinente et innovante aux préoccupations environnementales actuelles, ouvrira demain la porte à d’autres projets d’architecture contemporaine en terre crue. Certes, nous avons perdu les savoir-faire ancestraux avec l’arrivée du béton, et c’est toute une filière qui est aujourd’hui à reconstituer pour de nouveaux projets, mais également et surtout, pour entretenir ce qui existe, qui nous a transmis de génération en génération. Cette filière trouvera toute sa place dans la logique de développement de circuits courts et de la réduction de l’énergie grise des bâtiments et je sais combien cette problématique a guidé vos travaux lors de ces quatre journées de Congrès.

Aujourd’hui présidente de l’OVPM, l’Organisation des Villes du Patrimoine Mondial, la Ville de Lyon a de nouvelles responsabilités, vis-à-vis de son propre patrimoine, mais aussi sur le plan de la coopération internationale entre les villes qui ont à gérer, parfois dans la plus grande difficulté, des patrimoines importants et menacés. Je salue les représentants des quelques soixante-dix villes classées Patrimoine mondial qui possèdent du patrimoine bâti en terre.

Je forme le vœu que grâce à la « Déclaration de Lyon sur l’Architecture de terre » à laquelle vos travaux ont mené pendant ces quatre journées de Congrès à Lyon, la mutation de la filière du bâtiment se mette en marche pour que demain, les maisons en terre ne riment plus dans l’imaginaire collectif avec pauvreté, mais avec modernité, confort, esthétisme et développement durable. En ce jour de 14 juillet, Fête nationale de la France, je vous souhaite une bonne fin de séjour à Lyon, en espérant que vous emporterez un beau souvenir de notre Ville en assistant ce soir à partir de 22h30, au magnifique feu d’artifice que vous pourrez admirer depuis les rives de la Saône.

Dans la même rubrique :

15 septembre 2016 : « La Ville et ses couleurs » - Le Patrimoine et le Temple du Change
le 15 septembre 2016
par Jean-Dominique DURAND
28 juin 2016 - Discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition Architecture en terre : les pionniers de la Modernité - Archives Municipales de Lyon
le 28 juin 2016
par Jean-Dominique DURAND
28 juin 2016 - Discours à l’occasion de l’inauguration du nouvel Archevêché
le 28 juin 2016
par Jean-Dominique DURAND
23 juin 2016 - Discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition Le sport européen à l’épreuve du nazisme Des J.O. de Berlin aux J.O. de Londres (1936-1948) - C.H.R.D. 23 juin 2016
le 23 juin 2016
par Jean-Dominique DURAND
22 février 2016 - Musée des Confluences - Discours à l’occasion de l’inauguration de l’exposition "Ma terre première, pour construire demain" et du lancement du grand événement "Lyon 2016, Capitale de la terre"
le 22 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
10 février 2016 - musées Gadagne - Allocution à l’occasion du Lancement du premier site Internet en chinois dédié au secteur UNESCO
le 10 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
10 février 2016 - Bibliothèque Municipale de Lyon - Discours à l’occasion du vernissage de l’exposition Peintres et Vilains. Imprimer l’art
le 10 février 2016
par Jean-Dominique DURAND
18 juin 2015 : Message à la Royal British Legion à l’occasion de la plantation de rosiers Remembrance Grande Roseraie du Parc de la Tête d’Or
le 1er octobre 2015
par Jean-Dominique DURAND
27 septembre 2015 : Discours en l’honneur de Monsieur Louis Robilliard organiste titulaire de l’église Saint-François de Sales
le 27 septembre 2015
par Jean-Dominique DURAND
09 juin 2015 : inauguration de l’Atelier de Tissage municipal de la Montée Justin Godard Association Soierie Vivante
le 9 juin 2015
par Jean-Dominique DURAND
puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce RSS puce Valid XHTML 1.0 Strict
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V2
Version :